Imprimer

Raisons d’être, mandat

La construction de la coresponsabilité pour le bien-être de tous conduit à rechercher activement et à promouvoir la concertation entre les acteurs concernés. La mise en place d’un Groupe de coordination – par les initiateurs – est essentielle à cet effet. Occasion d’un véritable partenariat intersectoriel et représentative des fonctions d’un territoire, une telle structure est l’organe de conduite et de décision du processus dans ses différentes étapes.

Constitution

L’instauration et l’affirmation du Groupe de Coordination doivent être conduites avec attention et avec le temps nécessaire pour s’assurer de la pleine appropriation du concept par les différentes parties prenantes.

En général, une première réunion avec les principaux acteurs de l’espace de référence (en activant, dans le cas des territoires, tous les moyens afin que tant les groupes plus vulnérables que les plus aisés soient dument représentés) peut suffire pour présenter l’objectif de l’exercice et obtenir un consensus sur ses grandes lignes. Au cours de cette réunion, le groupe est invité à s’interroger sur sa représentativité effective et à s’assurer qu’aucun secteur social n’est exclu ou non représenté. Une deuxième réunion avec ceux que le groupe estime nécessaire d’intégrer a alors lieu.

Formalisation

Souvent, les structures de coordination sont constituées ad hoc et gardent un statut informel. Néanmoins, leur formalisation contribue à leur légitimité et à leur inscription dans la durée. Lorsqu’une structure partenariale ou de concertation formelle préexiste, s’appuyer sur elle présente un triple avantage : cela la renforce en termes de représentativité, de reconnaissance, d’évolution et d’élargissement de son rôle par l’acquisition de nouvelles méthodes et outils ; cela évite des doublons qui créent de la confusion, voire des conflits d’intérêts allant à l’opposé de la démarche proposée ; et cela permet de faire l’économie de la formalisation – puisque celle-ci est déjà réalisée.

C’est par exemple le cas du Réseau Social à Covilha (Portugal)

Dans certains cas, la formalisation du groupe de coordination dans un organe légalement existant et officiellement reconnu présente l’avantage d’en faire une véritable structure d’animation et de gestion des initiatives locales, y compris sur le plan financier.

Au Cap-Vert, des commissions régionales de partenaires faisant l’objet d’une loi et d’un statut spécifique (« loi des CRP ») ont été mises en place dans chaque île dans le cadre du Programme national de lutte contre la pauvreté en milieu rural, soutenu par le Fond international de développement agricole (Fida). Véritables structures partenariales de concertation, de décision et de gestion, elles incluent des représentants des municipalités, des associations communautaires, des administrations décentralisées, des ONG, des entreprises et d’autres acteurs locaux. Elles disposent d’une autonomie financière, essentielle pour prendre des décisions en coresponsabilité pour l’ensemble du processus.

Positionnement

Une fois le groupe de coordination constitué et éventuellement formalisé, sa première tâche est de bien se positionner par rapport à l’objectif de bien-être de tous :
– définition des critères et indicateurs de bien-être avec les citoyens eux-mêmes ;
– prise en compte des générations futures dans l’objectif du bien-être ;
– analyse de la capacité de renouvellement des ressources ;
– évaluation de l’impact des politiques/activités en cours par rapport aux critères des citoyens.

Comme ces points représentent des changements dans le choix des méthodes par rapport aux approches conventionnelles, il convient de bien les clarifier.

Fonctionnement : facilitation et expertise

La conduite du processus sur le long terme nécessite au moins un facilitateur. Sa désignation revient au groupe de coordination, qui reste l’organe de décision et de conduite tandis que le rôle du ou des facilitateur(s) est de rendre le processus effectif. De même, le rôle des experts – notamment dans le champ méthodologique – doit être clarifié pour que les citoyens puissent s’approprier la compréhension intégrale de la démarche.

Formation

Construire le progrès sociétal avec les citoyens et communautés exige la compréhension des concepts et des enjeux des processus participatifs et des rôles de chacun, et l’acquisition de compétences méthodologiques, d’où l’intérêt de prévoir un temps de formation des facilitateurs et, plus généralement, des membres du groupe de coordination. Plusieurs approches peuvent être adoptées. Une des plus intéressantes, notamment quand il s’agit de lancer le processus délibératif dans plusieurs communautés de vie, est d’organiser une formation en groupes avec une quarantaine ou une cinquantaine de personnes et de réaliser le processus in vivo avec le groupe lui-même ainsi constitué, puis sur le terrain. La formation non seulement permet ainsi aux différents facilitateurs et/ou coordinateurs et membres du groupe de coordination d’acquérir des compétences, mais elle sert également de test et offre un moment de réflexion collective pour adapter les méthodes au contexte.

En Wallonie (Belgique), ce sont les représentants des 15 communes intéressées à travailler sur le bien-être avec les citoyens qui ont suivi une formation de ce type, en salle puis dans trois communes tests.

Groupes de travail spécialisés

Le groupe de coordination peut décider d’organiser en son sein des groupes de travail spécialisés sur des thèmes clés pour le territoire. Ils sont en général constitués plus tard, notamment lors de la phase 4, quand il est question d’approfondir des thèmes ou problématiques spécifiques. Néanmoins, dans une perspective de prise en compte des générations futures, un ou des groupes de travail sur les ressources – en particulier celles qui sont en situation critique – réunissant l’expertise existante sur ce sujet, devraient être mis en place dès le début du processus. On les appellera « groupes de travail sur les ressources/patrimoine matériels », et ils pourront inclure une réflexion sur l’endettement.


Créé par Samuel_Thirion. Dernière Modification : vendredi 03 décembre 2010 18:58:37 par samuel_thirion.